• En quoi consiste un audit de chauffage?

    Un audit des installations de chauffage est légalement obligatoire dans toutes les régions. En Flandre, cela doit avoir lieu tous les cinq ans alors qu’en Wallonie et à Bruxelles cela n’a lieu qu’une seule fois, entre la 15ème et 17ème année de la chaudière en Wallonie et entre la 14ème et 16ème année de la chaudière à Bruxelles.  L’audit est une évaluation du rendement du système de chauffage. Il s’agit de comparer le rendement de production à celui des nouveaux systèmes performants actuellement sur le marché. Cette comparaison permet d’estimer l’économie annuelle qui pourrait être réalisée en actualisant/remplaçant son système de chauffage. Les conclusions de l’audit sont purement informatives et ne sont donc pas contraignantes.

  • Un audit de chauffage pour une installation de moins de 100 kW et de plus de 100 kW est-il le même en Flandre et à Bruxelles ? Doit-on posséder des agréments différents pour les 2 régions?

    La méthode de calcul est la même pour les deux régions. Les agréments requis pour effectuer les audits dans les deux régions sont toutefois différents. En Flandre, un technicien brûleur est compétent pour effectuer un audit sur une chaudière de 100 kW maximum pour laquelle il est agréé. Si un audit doit être réalisé sur plusieurs chaudières ou sur des chaudières de plus de 100 kW, il doit être réalisé par un technicien audit de chauffage agréé H100. À Bruxelles, l’audit de systèmes de chauffage de type 1 (une chaudière de 100 kW maximum) doit être effectué par un chauffagiste agréé. Attention : il s’agit d’un agrément spécial pour Bruxelles, à ne pas confondre avec l’installateur de chauffage central. Si l’audit concerne un système de chauffage de type 2 (plusieurs chaudières ou des chaudières de plus de 100 kW), c’est le conseiller chauffage PEB qui est compétent.

  • Quelle attestation délivrer si l’on ne fait que nettoyer l’évacuation des gaz de fumée (cheminée) sans effectuer d’entretien?

    Le ramoneur doit délivrer une attestation mentionnant les tâches qu’il a effectuées et la pression obtenue dans la cheminée après le nettoyage. L’attestation de nettoyage des chaudières peut servir à cette fin, mais il faut biffer toutes les tâches portant sur le nettoyage de la chaudière ou du brûleur.  L’attestation de nettoyage est ensuite datée et signée par le technicien en qualité de ramoneur.

  • Où s’effectue la mesure de température sur une chaudière B11?

    L’arrêté flamand sur l’entretien des appareils de chauffage stipule toujours que la mesure de température des gaz de fumée doit se faire en amont du coupe-tirage. À Bruxelles et en Wallonie, le législateur impose que les mesures s’effectuent en aval du coupe-tirage et à une distance égale à deux fois le diamètre du tuyau de celui-ci.

  • Un boiler d’eau chaude est-il soumis à la législation?

    Sur la plupart des boilers d’eau chaude, l’échange de chaleur entre les gaz de fumée et l’eau chaude sanitaire s’effectue directement sans fluide caloporteur. Dans ce cas, le boiler d’eau chaude n’est pas soumis à la législation bruxelloise ou wallonne. Certains boilers d’eau chaude utilisent cependant un fluide caloporteur (p. ex. boilers bain-marie) et tombent donc sous le coup de la législation. 

  • Bruxelles - En quoi consiste un contrôle périodique et quels sont les documents nécessaires après ce contrôle?

    Lors d’un contrôle périodique dans la Région de Bruxelles-Capitale, le chauffagiste doit nettoyer la chaudière et le brûleur et régler le brûleur. Il doit contrôler et nettoyer le système d’évacuation des gaz de fumée des chaudières ayant un circuit de combustion ouvert. Il faut contrôler l’amenée et l’évacuation d’air dans le local de chauffe. D’autres contrôles porteront sur les orifices de mesure, la qualité de combustion, l’état de la chaudière et des sécurités, la pression dans le conduit d’évacuation des gaz de fumée et la présence de la feuille de route. Après le contrôle, le chauffagiste rédigera une attestation de contrôle périodique qui sera conservée dans le carnet de bord. En cas de non-conformité du système de chauffage, une copie de cette attestation sera envoyée à l’IBGE.  La feuille de route devra également être adaptée et complétée.

  • Bruxelles - Les conduites et accessoires existants doivent-ils aussi être isolés si la chaudière n’est pas remplacée?

    Non. Cependant, pour les nouvelles installations réalisées après 2007, les conduites devaient déjà être isolées comme décrit dans l’ordonnance PEB. Attention : lors du remplacement d’accessoires tels que les pompes, boilers, vannes, etc., ces éléments et les nouvelles conduites éventuelles les reliant à l’installation existante doivent être isolés selon les dispositions de la législation.

  • Bruxelles - Combien de compteurs faut-il installer pour une chaudière desservant deux bâtiments?

    Si un local de chauffe est commun pour chauffer plusieurs bâtiments, il y a lieu d’installer un compteur volumétrique sur la conduite de combustible qui alimente le local de chauffe (et même de préférence un compteur volumétrique par chaudière) et un calorimètre sur chaque départ du local de chauffe vers les différents bâtiments. Ces compteurs seront relevés une fois par an pour les installations de type 2 d’une puissance comprise entre 100kW et 500 kW. Au-dessus de 500 kW, le relevé doit se faire mensuellement.

  • Bruxelles - Doit-on déjà disposer d’une note de calcul à la réception d’une installation?

    Non. On ne sait toujours pas calculer la perte de chaleur d’une habitation existante. Pour une nouvelle construction, nous disposons cependant de la demande PEB et du calcul du niveau E. Dans cette demande, figure le calcul de perte de chaleur qui a servi pour la demande de permis de bâtir.

  • Bruxelles - Si une chaudière pour combustible gazeux installée avant 2011 ne possède pas d’orifices de mesure, doit-elle être déclarée non conforme?

    Seules les chaudières installées avant 2011 et dont l’évacuation des gaz de fumée et l’amenée d’air de combustion sont concentriques sont exemptes d’orifices de mesure jusqu’au 1er janvier 2017. Toutes les autres chaudières doivent être équipées d’orifices de mesure, quelle que soit leur date d’installation. Si tel n’est pas le cas, l’installation n’est pas conforme.

  • Bruxelles - Quelle est la fréquence des audits obligatoires à Bruxelles?

    À Bruxelles, un audit n’est obligatoire qu’une seule fois, lorsque la chaudière la plus ancienne de l’installation a entre 14 et 16 ans. 

  • Bruxelles - Puis-je assurer en tant que technicien chaudière agréé la réception d’une installation à Bruxelles?

    Contrairement à ce qu’il se passe en Flandre, un technicien chaudière agréé n’est pas compétent pour la réception d’une installation à Bruxelles. La réception de systèmes de chauffage de type 1 (une chaudière de 100 kW maximum) doit être effectuée par un chauffagiste agréé. Attention : il s’agit d’un agrément spécial pour Bruxelles, à ne pas confondre avec l’installateur de chauffage central. Si la réception concerne un système de chauffage de type 2 (plusieurs chaudières ou des chaudières de plus de 100 kW), c’est le conseiller chauffage PEB qui est compétent.

  • Flandre - Qu’est-ce qu’un rapport d’inspection/rapport de réception et quelle est la différence entre ces deux documents?

    Un rapport d’inspection est l’appellation officielle d’un rapport de réception.  Il n’y a donc pas de différence.

  • Wallonie - L’audit de chauffage (le diagnostic approfondi) est-il déjà d’application?

    Non, toujours pas car la procédure d’exécution n’a pas encore été publiée. L’obligation d’effectuer l’audit sur les installations dont les chaudières qui ont plus de 15 ans au 1er janvier 2013 est donc nulle.

  • Wallonie - Faut-il installer des compteurs énergétiques comme à Bruxelles?

    Non. Cette obligation ne concerne que la Région de Bruxelles-Capitale.